ATELIER DE FORMATION SUR LES DROITS DES FEMMES EN AFRIQUE

ATELIER DE FORMATION SUR LES DROITS DES FEMMES EN AFRIQUE

ARUSHA, TANZANIE

19-21 octobre 2023

INFORMATIONS GÉNÉRALES

L'Institut africain de droit international (AIIL) organise un atelier de formation sur les droits de l'homme.
des femmes en Afrique du 19 au 21 octobre 2023. Cet événement revêt une importance particulière pour la
commémoration du 20ème anniversaire du Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples.
Droits des peuples en Afrique ("le protocole de Maputo"). Cet atelier a pour but de répondre aux
les lacunes et les défis qui entravent la mise en œuvre effective du protocole de Maputo. Il vient
dans le cadre des initiatives visant à relever ces défis par le biais de formations ciblées, d'actions de plaidoyer et d'actions de sensibilisation.
des activités de partage des connaissances destinées aux principales parties prenantes, telles que les fonctionnaires, la société civile, le secteur privé, etc.
des organisations, en particulier des défenseurs des droits des femmes sur le terrain. Cela fait partie de l'initiative de l'Afrique en matière de droits de l'homme.
Le projet quinquennal de l'Institut de droit international vise à promouvoir une meilleure connaissance de l'Union européenne.
les droits des femmes pour la consolidation de l'État de droit et la mise en œuvre d'une intégration panafricaine fondée sur des règles.

Adopté par l'Union africaine en 2003, le protocole de Maputo est un instrument juridique essentiel.
à la promotion et à la protection des droits des femmes sur le continent africain. 2023 marque 20
ans depuis son adoption. Le 20e anniversaire du protocole de Maputo est un moment précieux
pour célébrer ses succès et réfléchir à des stratégies visant à renforcer son impact.
Au cours des deux dernières décennies, des progrès significatifs ont été accomplis dans la promotion et la protection des droits de l'homme.
Les droits des femmes ont été renforcés par le protocole. Notamment, 44 des 55 États membres de l'Union africaine
ont ratifié le protocole de Maputo, ce qui témoigne d'un engagement généralisé en faveur de ses principes.
Toutefois, des difficultés persistent, en particulier dans les domaines de la mise en œuvre et de l'établissement de rapports. Les efforts sont
nécessaires pour assurer la mise en œuvre effective des dispositions du protocole et encourager les États membres à
les États à remplir leurs obligations en matière de rapports. En relevant ces défis, nous pouvons améliorer la
de transformation du protocole de Maputo et de faire progresser les droits des femmes dans toute l'Afrique.
continent.

OBJECTIF

Le programme de formation a pour objectif principal de renforcer les capacités des magistrats africains.
des universitaires, des juristes, des fonctionnaires, des membres de la société civile et de l'Union européenne.
l'élargissement de la citoyenneté au droit international des droits de l'homme et à la jurisprudence relative aux droits de la femme
en Afrique. Pour ce faire, le programme vise à : sensibiliser aux droits des femmes et des enfants, à l'égalité entre les sexes et à l'égalité entre les hommes et les femmes.
filles, tels qu'ils sont garantis par les cadres juridiques nationaux et internationaux, et les droits de l'homme correspondants.
obligations ; renforcer les compétences des participants dans l'application des normes relatives aux droits des femmes, en particulier dans le cadre de la politique de l'UE en matière de droits de l'homme.
dans le contexte des instruments régionaux et sous-régionaux des Nations Unies et de l'Afrique ; proposer des solutions pratiques pour la mise en œuvre de la politique de l'UE en matière d'éducation et de formation.
et des solutions juridiques pour réduire les violations des droits des femmes et des filles, en mettant l'accent sur une approche progressive des droits de l'homme.
l'élimination ; susciter un engagement politique en faveur de la défense et de la promotion du droit des femmes à la santé et à l'éducation.
et des filles ; promouvoir la ratification du protocole de Maputo ; et faciliter la mise en réseau et l'échange d'informations sur les droits de l'homme et des filles.
le partage des connaissances entre les participants

RÉSULTATS

À l'issue de la formation, les participants seront en mesure de sensibiliser les groupes cibles aux questions suivantes
les responsabilités de l'État et des différents partenaires dans la promotion et la sauvegarde des droits des femmes et des enfants.
des filles, identifier les défis qui entravent la réalisation des droits des femmes, en particulier les droits de l'homme.
les violations commises à l'encontre des femmes et des filles, instruire sur les droits et les responsabilités des femmes et des filles en utilisant les technologies de l'information et de la communication (TIC).
pédagogie participative, proposer des solutions pour éradiquer ou minimiser ces violations dans le cadre d'un projet de développement durable.
Le projet a pour but d'évaluer une session de formation axée sur les droits des femmes et des filles et sur les droits de l'homme dans le contexte spécifique de l'UE.
les responsabilités.

LE CONTENU DES COURS

Le programme est un atelier complet de trois jours visant à améliorer les connaissances, la sensibilisation,
Le programme vise à développer les compétences des participants en matière de droits des femmes en Afrique. Le programme vise à
favoriser une meilleure compréhension des droits et des défis auxquels sont confrontées les femmes et les jeunes filles dans les pays africains.
et développer des stratégies pour promouvoir l'égalité entre les hommes et les femmes. Le programme de formation comprend
trois modules : le premier module vise à fournir aux participants les compétences techniques et juridiques nécessaires à la mise en œuvre du programme.
liés au cadre juridique en Afrique, y compris le protocole de Maputo et d'autres lois pertinentes ;
le deuxième module explore les défis auxquels sont confrontés les droits des femmes en Afrique, en examinant à la fois
les interventions réussies et les domaines qui nécessitent des progrès supplémentaires ; et le module final comprend
un plan d'action pratique pour les vingt prochaines années du protocole, donnant aux participants les moyens d'agir.
à devenir des agents proactifs du changement. En intégrant ces modules, le programme permet
les participants disposent des outils, des connaissances et des stratégies nécessaires pour défendre les droits des femmes et les droits de l'homme.
promouvoir l'égalité entre les hommes et les femmes en Afrique.

MÉTHODOLOGIE ET MATÉRIEL DE FORMATION

La formation se déroulera sous la forme de séminaires et de discussions interactives afin de permettre aux participants de
un échange de vues maximal. Un ensemble complet de matériel de formation serait fourni pour
chaque participant au début de la formation. Des certificats seront remis à ceux qui
les participants qui auront suivi l'atelier de formation dans son intégralité

PARTICIPATION

Cet atelier s'adresse à un large public, notamment aux organisations non gouvernementales (ONG) dans les pays suivants
en particulier les organisations de base, les fonctionnaires des ministères compétents en matière d'éducation, de santé et d'environnement.
les questions relatives aux droits des femmes et des filles, les médias, les universitaires et les chercheurs, les professionnels concernés.

L'AIIL invite également les 55 États membres de l'Union africaine à envoyer des représentants. Les États
prendre en charge les frais de voyage et d'hébergement de leurs participants. L'AIIL sera responsable de
leur logistique terrestre : transferts aéroportuaires et déplacements terrestres vers et depuis les lieux de la conférence.
Les participants devront s'acquitter d'un droit d'inscription de 30 USD.

LIEU ET LANGUE DU COURS

L’atelier se tiendra au Centre international de conférences d'Arusha du 19 au 21 octobre 2023. Il sera dispensé en anglais et en français avec interprétation simultanée.

Date limite de dépôt des candidatures : lundi 11 septembre 2023

Les États sont encouragés à nous envoyer le nom, la fonction et les coordonnées des personnes qu'ils ont sélectionnées.
au plus tard le lundi 11 septembre 2023.

Les candidats ne provenant pas d'un État sont priés de s'inscrire dès que possible. Lors de la sélection des participants, il convient de tenir compte
Il sera tenu compte des qualifications des candidats, de l'étendue de leurs fonctions professionnelles,
la pertinence de la formation par rapport à leurs fonctions professionnelles, ainsi que l'équilibre géographique et entre les hommes et les femmes
des participants.

Les demandes d'admission doivent être déposées au plus tard le lundi 11 septembre 2023.
Les candidats doivent envoyer une lettre de motivation et un CV à : programs@aiil-iadi.org et
gsmathias13@gmail.com. Vous pouvez également nous contacter par téléphone aux numéros suivants
qui utilise également WhatsApp : +255 710 732 590.

DISPOSITIONS FINANCIÈRES ET LOGEMEN

La participation des représentants des États se fera sur la base du soutien autonome/parrainage.

Participants non étatiques ayant des besoins financiers particuliers

les ds peuvent faire une demande de financement en spécifiant la dépense
à couvrir. Toutefois, les candidats doivent savoir que la disponibilité d'un tel financement est, en tout état de cause, une condition sine qua non à l'obtention d'un financement.
limitée aux candidats les plus défavorisés.

Les participants à la bourse bénéficieront d'un billet d'avion en classe économique, de l'hébergement et des repas. Autofinancé
les participants supportent les coûts liés à leur participation (voyage, hébergement et subsistance).
).

Les réservations pour l'hébergement peuvent être faites sur demande. Déjeuner, deux cafés/thés
et des collations, ainsi que du matériel de formation seront fournis à tous les participants.